Généralités sur l’épilepsie

CE QU’IL FAUT SAVOIR

L’épilepsie est une maladie neurologique qui se manifeste par un fonctionnement anormal du cerveau comparable à une décharge électrique excessive, un court-circuit qui affecte tout ou une partie du système nerveux. On parle alors de crise d’épilepsie.

Il n’y a pas une mais des épilepsies et les crises d’épilepsie peuvent prendre des formes très diverses.

On retiendra 2 grands types de crise :

Les crises partielles

La décharge électrique est localisée et ne va concerner que certaines parties du corps avec des troubles moteurs, sensoriels troubles de la mémoire, de la conscience.
Certaines crises partielles peuvent secondairement se généraliser.

Les crises généralisées

Les crises tonico-cloniques sont les plus connues car les plus impressionnantes mais pas les plus fréquentes.
Elles se manifestent par une perte de connaissance, des mouvements convulsifs.

Les absences se manifestent par une brève rupture de contact qui peut s’accompagner de gestes incontrôlés.

L’expression de l’épilepsie se manifeste globalement de la même façon chez l’enfant et l’adulte.

Chez l’enfant, certains types de crises sont bien identifiés et peuvent prédire d’un avenir sans crise. Ces formes d’épilepsie bénignes sont d’ailleurs les plus fréquentes et disparaîtront dans plus de 50% des cas spontanément à l’adolescence.

Lorsqu’une crise reste unique, on ne peut pas parler d’épilepsie, l’épilepsie se définit par la répétition de crises.

EN SAVOIR PLUS

L’épilepsie est restée un mystère jusqu’au XIXème siècle qui voit l’apparition d’une nouvelle discipline : la neurologie et, en 1920 la mise au point de l’électroencéphalographe, l’ancêtre de l’électroencéphalogramme (EEG) utilisé de nos jours.

L’électroencéphalogramme

C’est un examen qui permet au moyen d’électrodes d’enregistrer l’activité électrique du cerveau pour confirmer le diagnostic.

D’autres examens comme le scanner ou l’IRM viennent compléter le diagnostic notamment pour déterminer si possible les causes de l’épilepsie.

L’amélioration de ces avancées technologiques et une meilleure connaissance de l’activité électrochimique du cerveau ont permis depuis une vingtaine d’années de mieux appréhender le diagnostic et de découvrir de nouvelles molécules capables de soigner efficacement l’épilepsie voire dans certains cas d’envisager un acte chirurgical.

La classification des crises

Les épilepsie symptomatiques

Elles sont dues à une lésion cérébrale et on peut en identifier la cause.
40% des épilepsies sont d’ordre symptomatiques

Les épilepsies idiopathiques

Elles présentent un caractère génétique plus ou moins démontrable et concernent le plus fréquemment des personnes sans lésion cérébrale.
La transmission de l’épilepsie ne concerne qu’un petit nombre de cas et la même anomalie peut avoir des conséquences différentes selon les personnes.

Les épilepsies cryptogéniques

L’origine de l’épilepsie reste inconnue même si le diagnostic permet de suspecter certaines causes qui ne peuvent pas être prouvées.
L’évolution permanente des techniques d’exploration citées ci-dessus permet chaque année de diminuer ce type d’épilepsie.

Les neurologues, les neuropédiatres

Le médecin traitant qui suspecte une épilepsie adresse son patient chez un neurologue pour les adultes, chez un neuropédiatre pour les enfants.
Certains hôpitaux disposent de spécialistes pour les épilepsies plus complexes qui nécessitent par exemple des examens plus approfondis ou la mise en place de plusieurs traitements avant d’obtenir un résultat significatif.