Epilepsie en milieu scolaire

CE QU’IL FAUT SAVOIR

CONSULTER LES RUBRIQUES

INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SI VOUS AVEZ EN CHARGE UN ENFANT EPILEPTIQUE

Un enfant épileptique scolarisé ne doit pas engendrer de mesures de précaution particulières en dehors des mesures décidées d’un commun accord avec les parents, le médecin scolaire et le ou les représentants de l’établissement scolaire.

Les activités scolaires

  • Le niveau intellectuel est normal mais il peut exister une certaine lenteur liée soit à l’épilepsie, soit au traitement.
  • Il n’y a pas de limitation à l’effort intellectuel mais une détérioration notables des capacités doit être signalée pour en examiner les causes.
  • Il n’y a pas de matières déficientes.

Les activités sportives

  • L’épilepsie est stabilisée, il n’y a pas de contre indication pour la pratique du sport qui est même recommandé et peut être envisagé y compris en compétition.
  • L’épilepsie n’est pas stabilisée, il convient de prendre certaines précautions :

INTERDIRE les sports à haut risque par manque d’autonomie comme la plongée sous marine, la planche à voile, l’alpinisme, la varappe et les sports mécaniques pour les plus âgés.

SURVEILLER la natation, le cyclisme, la gymnastique

  • Pour les professeurs de sport, les éducateurs et les entraîneurs de club vous pouvez obtenir toutes les informations que vous souhaitez en consultant le dossier :

Epilepsie et Sport « Bien vivre son Epilepsie » du Professeur JALLON sur le lien suivant :

www.prevention.ch/lesportbienvivresonepilepsie.htm

  • 60% des épileptiques pratiquent un sport normalement.
  • Marion CLIGNET, marraine de l’association NEUROCEAN, n’a jamais caché son épilepsie qui ne l’a pas empêchée de devenir championne du monde de cyclisme sur piste et vice championne olympique.

Les autre activités

  • Voyages de classe :

L’épilepsie est stabilisée il n’y a pas de contre-indication particulière.

  • Le travail en atelier ou en laboratoire :

L’épilepsie est stabilisée, il n’y a pas de contre-indication particulière mais l’avis des parents et du neuropédiatre peuvent être demandés par sécurité et dans un souci de responsabilité.

  • L’orientation professionnelle :

Elle doit être discutée très tôt en fonction du type d’épilepsie. Un enfant pharmaco-résistant ne peut pas envisager certains métiers notamment tous ceux qui nécessitent le passage d’un permis de conduire ( cf rubrique « Permis de conduire » ), la conduite d’engins et tous les métiers à risque en général.

IMPORTANT A SAVOIR

Dans toutes les situation indiquées ci-dessus, il faut s’assurer que le traitement est bien pris quotidiennement surtout chez les jeunes enfants et signaler aux parents toute modification significative du comportement ( somnolence, agressivité, perte de confiance)